Le petit guide d’observation des courtiers immobiliers montréalais

perdrix

 

Ce n’est un secret pour personne, l’arrivée de DuProprio dans le paysage immobilier en 1997 a bouleversé l’univers des courtiers immobiliers. Depuis, ils rivalisent d’ingéniosité pour nous dénigrer et ils déploient beaucoup (trop!) d’efforts pour orchestrer des campagnes de peur auprès de la population. De plus, ils s’acharnent à solliciter nos clients selon des méthodes maintes fois dénoncées par nos clients.

Heureusement (pour nous!), ça ne fonctionne pas très bien, puisque de plus en plus de propriétaires choisissent DuProprio chaque année.

Aujourd’hui, nous faisons quelque chose que nous n’avons jamais fait avant. Mais honnêtement, nous ne pouvions pas passer à côté. Un de nos fidèles clients (merci Alain!) nous a signalé l’opération de dénigrement – des plus originales – d’un courtier immobilier de Montréal. Destinée aux clients de DuProprio, cette infolettre pour le moins étonnante et tout à fait divertissante est signée par M. Steve Labonté, courtier immobilier agréé et dirigeant d’agence chez RE/MAX du Cartier, à Montréal (c’est lui-même qui le dit).

En guise d’introduction, M. Labonté remet en doute le choix de notre client d’opter pour DuProprio. Il poursuit avec une leçon sur les oiseaux (!) qui vise à mettre le lecteur en garde contre 4 types de courtiers à éviter. En voici quelques extraits :

 

La perdrix

Il est à peu près aussi enthousiaste qu’un volatile qui doit se rendre au « stand » de tir du salon Chasse et Pêche…Et pour dire vrai, ses chances de survie sont à peu près les mêmes… Il vous appelle simplement parce qu’il ne sait pas quoi faire d’autre. Il tentera sans trop de conviction d’obtenir un rendez-vous et laissera tomber au premier signe de résistance.

Le perroquet

C’est l’archétype du courtier qui a suivi une formation sur la prospection téléphonique.Au cours de son séminaire, son « dresseur » lui appris deux choses: 1. Un script, qu’il devra répéter, répéter et répéter encore. 2- Des réponses aux objections les plus courantes des clients potentiels, qu’il devra également répéter, répéter et répéter encore.

La mouette

Bien qu’interdit dans la Loi sur le courtage immobilier, certains courtiers ont recours à des firmes de télémarketing pour effectuer leur prospection. Si un courtier ne prend même pas la peine de vous contacter lui-même pour vous offrir ses services, comment croyez-vous qu’il s’occupera de vous par la suite…

Le vautour

Avec un surnom pareil, vous vous doutez bien qu’il s’agit de celui à éviter à tout prix. Tout comme la vilaine bestiole qui a inspiré son totem, il vous tournera autour longtemps. Et si jamais vous avez l’imprudence de lui faire confiance, ne vous attendez pas à ce qu’il fasse autre chose que se repaître du travail des autres.

 

La manière dont M. Labonté dépeint certains de ses confrères est loin d’être flatteuse, et la profession de courtier immobilier en prend pour son rhume! Oui, c’est vrai, il nous écorche aussi au passage en énonçant plusieurs faussetés à notre sujet. Mais ça, on a l’habitude!

Alors, que faut-il penser des propos tenus par M. Labonté dans cette infolettre? Y aurait-il un fond de vérité à toutes les rumeurs négatives qui circulent sur les courtiers immobiliers? À vous de juger et de tirer vos propres conclusions!

Pour lire la version intégrale de l’infolettre, c’est ici : Le petit guide d’observation des courtiers immobiliers montréalais

Bonne lecture! 😉

Comments are closed.